Flagey : une immense carte de géographie sur le mur de la Faculté d’architecture

Pour célébrer ses 50 ans, la Vrij Universiteit Brussel (VUB) organise une grande exposition artistique. Une expo qui interroge les paradoxes des 20ème et 21ème siècles : siècles de rationalisme et de normalisation et, en même temps, siècles d’obscurantismes et populismes. Sous le nom intrigant JRSLM – Paradise lost again, l’exposition imaginée par le professeur-curateur Hans De Wolf présente une sélection d’artistes internationaux en trois lieux ixellois : le bâtiment Pilar et Braem du Rectorat de la VUB (Campus de la Plaine), le site des anciennes casernes avenue de la Couronne (See U) et le mur du bâtiment de la Faculté d’architecture de l’ULB à Flagey.

Carte de géographie

La grande fresque réalisée sur le bâtiment de la Faculté d’Architecture de l’ULB à Flagey (qui appartient à la Commune d’Ixelles) représente une carte de géographie inhabituelle.

Il s’agit de la représentation de la projection géographique de Richard Buckminster-Fuller (1954). Génie atypique, Fuller (1895-1983) était docteur en science (malgré qu’il fut renvoyé deux fois de l’université de Harvard !), futuriste et architecte américain.

Fuller

Les dômes géodésiques

On le sait, depuis toujours, les géographes sont confrontés au défi de représenter la surface de la Terre (une sphère) sur une carte (un plan). C’est impossible sans déformation. Sur la carte de Mercator par exemple, les continents sont de plus en plus déformés au fur et à mesure qu’on se rapproche des pôles.

La projection de Fuller fait comme si la Terre n’était pas une sphère mais un icosaèdre (polyèdre à 20 faces triangulaires). Du coup, on peut développer ce volume en une série de triangles (vous me suivez ?).

Au delà de la problématique purement géographique, cette projection subtile entend véhiculer un message humaniste et universaliste puisque les continents sont représentés comme « une seule île, dans un seul océan ». Sans mettre l’Europe ou les USA au milieu, les triangles qui la composent étant interchangeables.

biosphère

L’oeuvre de Richard Buckminster-Fuller trouve toute sa place sur l’immeuble de la Faculté d’architecture. En effet, Fuller est aussi l’auteur d’une oeuvre architecturale majeure : le dôme qui servit de pavillon américain lors de l’Expo Universelle de Montréal en 1967, connu aujourd’hui sous le nom de Biosphère.

  • photo réalisation de la fresque (c) YR
  • Image Biosphère Montréal (c) geopleinair.com
  • cartographie Richard Buckminster-Fuller

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :