Ixelles dresse PV contre des panneaux publicitaires digitaux placés sans permis !

La commune d’Ixelles a constaté que des panneaux publicitaires digitaux JC Decaux animés avaient été installés sur son territoire… alors qu’ils ne disposent pas d’un permis d’urbanisme ! Le service de l’Urbanisme d’Ixelles a dès lors dressé des procès verbaux de constat d’infraction. Ces PVs seront transmis à l’agent sanctionnateur régional.

Pour rappel, le 30 avril 2019, la Commune a rendu un avis défavorable relatif à l’installation de 28 dispositifs de publicité digitale de 2m², liés au service Villo ! 

Par ailleurs, d’autres communes ont également rendu un avis négatif. Pour ce type de demandes, les communes rendent un avis mais c’est la Région qui délivre (ou pas) le permis.

Malgré ces avis négatifs, la Région a quand même délivré les permis d’urbanisme.

Ixelles a donc introduit un recours le 10 mai 2019 au Collège d’urbanisme contre la délivrance du permis. D’autre Communes ont fait de même (Saint-Gilles et Forest).

Le Collège d’urbanisme ne s’étant pas exprimé dans les délais, le dossier a été renvoyé au Gouvernement régional. Nous sommes actuellement en attente de la décision régionale.

Le recours est suspensif. Autrement dit, le permis d’urbanisme reste suspendu jusqu’à la fin de la procédure de recours administratif, c’est à dire jusqu’à ce que le Gouvernement ait pris une décision.

Pourquoi être CONTRE la publicité digitale ?

Outre la question de la place de la publicité dans l’espace public, les nouveaux dispositifs digitaux LCD sont problématiques à plusieurs égards :

La sécurité routière. Les messages publicitaires lumineux, répétitifs et animés, risquent d’engendrer une perte d’attention des usagers de la voirie, quels qu’ils soient : automobilistes, cyclistes, piétons et tout autre usager (trottinettes, …). L’Institut Belge pour la Sécurité Routière s’est d’ailleurs exprimé à ce sujet.

L’environnement. Ces dispositifs sont dix fois plus énergivores que les faces publicitaires fixes actuelles. Pour cette raison, ils vont à l’inverse des préoccupations environnementales et des choix de la majorité ixelloise.

La qualité de l’espace public. Les dispositifs devant accueillir ces affichages dynamiques s’intègrent mal dans le tissu urbain déjà très dense d’Ixelles, nuisent à la qualité de l’espace public et déprécient le patrimoine architectural.

« Enfin, ces écrans constituent une véritable sollicitation mentale permanente. La population, en particulier les enfants, sont soumis partout à des écrans : tablettes, gsm, TV, écrans dans les restaurants, dans le métro… on ne va pas en plus en rajouter dans la rue ! »

Pour toutes ces raisons, Ixelles a explicitement écrit dans sa Déclaration de politique communale qu’elle s’opposerait à l’installation de ces panneaux publicitaires digitaux sur son territoire, même dans le cas du financement des Villo ! électriques.

photo avenue de la Couronne (c) VM

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :