Au secours du Presbytère de Boondael !

Nouvel épisode dans la lutte contre la spéculation immobilière à Ixelles : l’urbanisation de la propriété de l’ancien Presbytère de Boondael.

Un projet de promotion immobilière entendait porter gravement atteinte au patrimoine et au caractère paysager exceptionnel du site. Au programme, la démolition de tout l’intérieur du presbytère historique, la réalisation de deux immeubles à appartements, un vaste parking sous le jardin et la coupe 39 grands arbres !

La Commission de concertation et le Collège d’Ixelles ont rendu des avis défavorables.

presbytère 1

Le projet immobilier (c) IMMOGRADA (arch. archi2000)

Située au 26 de la chaussée de Boitsfort, juste en amont du supermarché Delhaize du square du Vieux Tilleul, la magnifique propriété de l’ancien Presbytère de Boondael relie la chaussée au petit clos résidentiel des Mousserons. Sa superficie est de 4.893 m², soit l’équivalent d’un terrain de football. La déclivité du terrain est assez importante (6,5 mètres entre le point haut et le point bas), ce qui le rend visible de loin. 

Mousserons

Le site est actuellement occupé par un presbytère datant de 1860, inscrit à l’inventaire du patrimoine, et un immeuble de logement (sans grand intérêt ni patrimonial ni constructif).

On trouve dans le vaste jardin de nombreux arbres dont trois arbres inscrits à l’inventaire des arbres remarquables. Le continuum de grands arbres plantés le long de la chaussée de Boitsfort jusqu’au bois des Commères, constitue un élément fort du maillage vert du sud d’Ixelles.

presbytère 4

pin noir d’Autriche classé

Le projet immobilier contesté

Le programme prévoyait de réaliser au total 29 grands logements de très haut standing et de 37 emplacements de parking en sous-sol.

Plus précisément, la demande de permis d’urbanisme visait

  • la construction d’un immeuble massif de type « villa à appartements », implanté le long de la chaussée de Boitsfort et dont la construction aurait impliqué la coupe de 39 arbres à haute tige,
  • la transformation du presbytère en immeuble à appartements qui s’apparentait à du façadisme puisque les décorations intérieures, les planchers et la toiture y auraient été remplacés et le bâtiment rehaussé…
  • L’extension du presbytère à la place d’un petit jardin, côté clos des Mousserons
  • la démolition de l’immeuble de logement existant et son remplacement par un immeuble à appartements de luxe.
  • la construction de deux parkings reliés entre eux par un tunnel sous le jardin !
  • l’emprise au sol des constructions aurait doublé, passant de 450 m² à 1098 m² et donc la pleine terre aurait été réduite d’autant.

presbytère 2

plan des parkings sous le jardin

Un permis refusé

Vu l’importance des qualités paysagères et patrimoniales du site, les différentes instances qui constituent la Commission de concertation (les services urbanisme de la Commune et de la Région, les Monuments et des Sites, Bruxelles Environnement…) se sont rendues sur place afin d’évaluer l’impact du projet.

Les riverains se sont également mobilisés.

Le refus de permis est motivé notamment par les terrassements trop importants, l’augmentation de l’imperméabilisation des sols, les abattages d’arbres très nombreux imposés par le choix inadéquat d’implantation d’un des immeubles envisagés, l’atteinte au patrimoine que constitue le presbytère.

Et maintenant ?

L’Echevinat de l’Urbanisme d’Ixelles demande d’envisager le projet de manière totalement différente, en partant des qualités existantes du site : son patrimoine et son espace vert exceptionnels.

Il s’agirait de maintenir un maximum d’arbres, d’envisager une densité plus raisonnable, des constructions respectueuses de l’environnement, aux emprises au sol réduites, utilisant des matériaux écologiques, de réduire les emplacements de stationnement, de viser une plus grande diversité de publics.

Tout nouveau projet devrait en particulier préserver et valoriser l’ancien Presbytère de Boondael qui, avec la Chapelle, l’Auberge, le Vieux Tilleul (plus vieil arbre de Bruxelles) et l’ancienne laiterie (aujourd’hui tennis club), constituent un ensemble historique cohérent, témoins de la vie de cet ancien village rural.

 

illustration à la Une : Presbytère et robiniers faux-acacia (c) inventaire des arbres remarquables

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :