Bientôt un immeuble « suspendu » bd Général Jacques

Voici une intervention architecturale qui ne passera pas inaperçue au n°26 du boulevard Général Jacques.

Un projet prévoit, en effet, de restaurer un hôtel de maître historique abandonné, d’y implanter une fondation culturelle, des logements d’artistes et un logement familial.

Sa particularité : restaurer scrupuleusement le patrimoine, porter une grande attention aux enjeux environnementaux et, dans le même temps, oser une intervention contemporaine surprenante : un appartement suspendu 10 mètres au-dessus du bâtiment existant. Et, entre les deux, dans le vide ainsi créé, un magnifique jardin suspendu se développera sur la toiture de l’hôtel de maître.

Le projet, imaginé par Thomas de Wouters d’Oplinter (maître d’ouvrage-mécène) et les architectes Luc Schuiten et Jacques Ceyssens, a reçu un avis favorable et enthousiaste de la Commission de concertation d’Ixelles et de la Commission Royale des Monuments et des Sites ainsi qu’un soutien quasi unanime des riverains. Comme quoi, l’audace paye !

Légende : en bleu : logement familial ; en rouge et orange : logement d’artistes ; en jaune : Fondation culturelle

De nombreux projets spéculatifs… refusés par la Commune

Le splendide hôtel de maître situé au n°26 du boulevard Général Jacques était vide depuis longtemps et se dégradait. Comme il est beaucoup plus petit que les immeubles modernistes situés de part et d’autre, il a fait l’objet de nombreux projets immobiliers spéculatifs visant à le rehausser pour l’aligner aux gabarits voisins. Le dernier projet en date prévoyait de construire 4 étages au dessus de l’immeuble historique (doublant ainsi son gabarit !) afin d’y implanter notamment des kots étudiants. La Commune a refusé.

Le projet de rehausse développé par Equifund refusé par la Commune

Un projet « anti-densité »

La force et la chance du nouveau propriétaire est de pouvoir s’affranchir de la rentabilité pour concevoir un projet idéal. Comme l’explique le maître d’ouvrage, « Là où les promoteurs, dont l’unique raison est la rentabilisation, n’ont d’autre choix que de pousser la densification à l’extrême (…), l’idée ici est de prendre le contre-pied que nous impose la nature : l’anti-densité« .

Un projet exemplaire du point de vue environnemental

Le projet prévoit de perméabiliser une partie de la parcelle, de récupérer les eaux de pluie, d’implanter des panneaux photovoltaïques, d’atteindre de hautes performances énergétiques et, surtout, de réaliser un jardin suspendu. L’occasion pour l’architecte Luc Schuiten de mettre en pratique sa vision utopiste de la ville végétale. et pour son confrère Jacques Ceyssens (bureau Samyn & Partners) de réaliser une prouesse d’ingénierie.

Une fondation culturelle bienvenue

On doit toujours se réjouir de l’ouverture d’un nouveau lieu culturel, surtout à la limite du quartier universitaire qui, paradoxalement, en est plutôt dépourvu.

La Fondation qui prendra place dans l’hôtel de maître restauré organisera des concerts (notamment de jazz) et des expositions (notamment de photo). Des artistes seront accueillis en résidence dans deux logements prévus à cet effet. Pour Thomas de Wouters, les objectifs de la Fondation seront de « promouvoir l’Art et la culture, développer l’esprit critique, éveiller au beau et sensibiliser aux questions d’humanité.« 

Les salons historiques seront restaurés

source : note explicative de demande de permis d’urbanisme

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :